La Tambourine

Grande-Pièce

Vigne-Rouge

Brève histoire du quartier

 

1932

Le site "Battelle" avant l'arrivée de l'institut Battelle.

 

 

 

1952

La Fondation américaine "Battelle" s'installe sur la colline dans un site construit par l'architecte Gustave. Addor. L'institut de recherche acquiert très vite une renommée internationale.

 

1987

"Battelle", en déclin, sous-loue pour la première fois des locaux à l'Université.

Par la suite, l'Uni utilise des bâtiments sur le site Battelle pour y loger au tour de rôle des instituts et services en attendant un meilleur emplacement.

 

1992

C'est ainsi que en cette année 1992, la faculté de psychologie et des sciences de l'éducation de l'Université de Genève est regroupée à Battelle avant de prendre ces quartiers à Uni MAIL et Uni PIGNON.

 

1994

Le Plan local de quartier (PLQ) pour le quartier de La-Tambourine (= site, parc Battelle) entre en vigueur. C'est une décision qui appartient au Conseil d'Etat (CE). La Commune n'a qu'un droit de consultation. Le PLQ est dès le début contesté par les commissions de consultation du département en question, comme étant inadéquat (densité).

 

 

1999

La HEG (Haute école de gestion regroupant les trois filières Information documentaire, Informatique de gestion, Economie d'entreprise) s'installe dans le bâtiment F, libéré par l'Uni.

 

2000

Les premiers habitants arrivent dans les logements en haut du périmètre. Suite à des oppositions des propriétaires des villas (Association des intérêts de Pinchat), le gabarit des quatre immeubles prévus doit être diminué et finalement ce sont cinq immeubles qui sont construits dont trois pour une coopérative (COPLOG) et deux pour la Fondation universitaire pour le logement des étudiants (FULE). A cause des mêmes opposants, les accès des garages souterrains sont déplacés du Chemin Vert vers l'intérieure du site.

 

Achat du terrain Battelle par l'Etat pour 120 millions.

 

Destruction d'un premier bâtiment (B) de l'institut Battelle et construction d'un bâtiment de logement en bas du périmètre (propriétaire CIA, caisse de retraite du personnel de l'Etat).

 

1e pétition des habitants du quartier demandant un plan directeur en estimant le PLQ en vigueur comme surdimensionné.(Voir rubrique PETITIONS)

 

2003

Ouverture de l'école primaire de la Tambourine.

 

2004

En novembre Assemblée d'information à l'école de la Tambourine : Présentation d'un Plan de Coordination du quartier, commandité par l'Etat. La Conseillère administrative de la ville de Carouge, Mme Meyer, dit à cette occasion que le quartier était le pire exemple d'urbanisation du canton.

 

2e pétition des habitants de la Tambourine : "Halte au bétonnage!"(https://www.quartier-tambourine.ch/sites/default/files/fichiers/36/Petit...)

 

2005

Printemps -- Alertés par l'AQT, le Conseiller d'Etat Moutinot, responsable de l'aménagement du territoire, et la Commission des travaux du Grand conseil viennent enfin sur place visiter le site.

 

Juillet -- Le Grand Conseil vote une motion qui demande la révision du PLQ de 1994 : il faut réduire le programme de construction sur le site et déclasser le terrain sur le plateau de Pinchat pour y transférer les activités de l'Uni.

 

Octobre -- Le Conseil d'Etat décide de modifier le PLQ en vigueur depuis 1994 : il faut dédensifier, mais préserver les droits à bâtir (mission impossible, car contradictoire).

 

Novembre -- Assemblée générale extraordinaire de l'AQT. En présence de plus de 110 personnes, l'AQT décide des grandes orientations à défendre à l'avenir auprès des autorités. Il est demandé

  • que tous les projets de densification des bâtiments universitaires et des HEG soient stoppés en attendant qu’un compromis soit trouvé pour l’aménagement à venir de notre quartier;

  • qu'aucun nouveau parking soit créé;

  • que le quartier soit dotée d’une place centrale, libre de toute voiture et en préservant la végétation existante;

  • que la circulation des piétons et cycles soient faciliter à l'intérieur du périmètre et qu'une gestion rigoureuse des place de parking soit mise en place;

  • que la fréquence des véhicules TPG soit augmentée sans pour autant rentrer dans le parc.

 

 

2006

Janvier -- Lors d'un concours d'architecture, le projet pour un nouveau bâtiment pour la HEG est choisi sans connaître le futur aménagement global du quartier! L'AQT a protesté en vain.

 

Avril-juillet -- Cinq rencontres ont lieu entre l'AQT et des représentants de l'Etat dont le nouveau coordinateur pour Battelle désigné par le CE, M. Georges Albert.

 

Septembre -- Présentation de l'étude prospective du bureau J.J.Oberson, mandaté par l'Etat.

 

Octobre -- Une AG extraordinaire de l'AQT débat et décide les réponses à transmettre à l'Etat concernant les propositions faites par le bureau Oberson en se basant sur les grandes orientations décidées en novembre 2005.

 

Novembre -- Le chantier des Grands-Hutins s'ouvre en bas du périmètre de Battelle. Y sont construits la nouvelle Maison de quartier et un espace de vie enfantine (EVE).

 

2007

Mars -- Sans réponse d'un courrier envoyé déjà en mai 2006, l'AQT écrit une nouvelle fois au

Conseiller d'Etat Cramer, reponsable de l'aménagement.

 

……Pendant de longues années l'Etat n'a exercé aucune coordination des activités urbanistiques dans ce périmètre et nous avons dû constater avec effroi qu'un nouveau PLQ se dessinait sans avoir une vue d'ensemble des projets des Hautes écoles.

……Monsieur le Président, les habitants du quartier attendent de vous maintenant une intervention forte auprès des services de l'Etat et des Hautes écoles pour qu'une vision globale puisse se dégager et ainsi orienter la mise sur pied du nouveau PLQ. Sans cela nous seront confrontés avec un deuxième PLQ qui aggravera encore la situation déjà fort peu enviable du quartier.

 

Dans sa réponse un mois plus tard, le Conseiller d'Etat Cramer nous rassure en disant que nous étions consultés et tout allait pour le mieux.

 

Avril -- La direction de l'Aménagement du Département du territoire envoie en consultation technique aux services de l'Etat et la Commune une première version du future PLQ. Nous recevons une copie à usage interne.

 

4 juin -- Le comité et les membres du groupe PLQ de l'association rencontrent une dernière fois des représentants de l'Etat dont le coordinateur M. ALBERT.

Nous avons fait savoir aux deux représentants de l'Etat, que

1/ nous ne pouvons accepter que le PLQ modifié ne comprenne pas l'ensemble du périmètre de l'ancien PLQ94. Est exclue toute la partie basse du périmètre, y compris le nouveau bâtiment HEG à construire. [Une maquette à l'échelle 1/500 nous a été présentée qui se limite au strict centre de Battelle ne permettant pas d'avoir une vision globale du quartier.]

2/ de nos demandes et remarques formulées à la suite d'une série de rencontre avec le coordinateur Battelle de l'Etat entre avril et juillet 2006 aucune n'a été retenue.

 

Octobre -- Retrait de la première version du PLQ; les services de l'État doivent étendre le périmètre du PLQ en révision au même territoire que celui de 1994; et deux, une étude d'impact environnemental est exigée.

 

Toujours en ctobre -- Une demande de permis de construction pour le bâtiment HEG et pour un parking souterrain de 77 places et déposée au DCTI.

 

Novembre -- Suite au dépôt de la demande du permis de construction et de l'abattage d'arbres, des observations sont envoyées par notre association aux départements (DCTI et DT). Cette démarche nous permet ultérieurement de faire recours contre une décision en la matière.

 

2008

Fin février -- La commission d'urbanisme de la commune de Carouge est informée sur une nouvelle (2e) version du PLQ. Elle est quasiment identique à celle d'avril 2007.

 

Mars -- Rencontre du coordinateur Battelle avec l'AQT au même sujet. Conclusion de l'AQT : rien de nouveau! Aucune de nos demandes n'a été retenue.

 

Avril -- A la suite d'une séance fin mars avec le coordinateur du DCTI, l'AQT envoie par écrit à l'intention du département des "propositions de dernière chance" : déplacement du bâtiment HEG à construire vers le bâtiment C, parking sous l'immeuble même et suppression du bâtiment F2.

 

[Enquête publique du nouveau Plan directeur de la commune; l'AQT envoie une prise de position.]

 

Invité à l'AG annuelle en mars le Conseillé administratif M. Nobs de Carouge s'engage sous pression des habitants à recevoir et à acheminer vers les autorités cantonales compétentes une lettre avec nos doléances contenant l'ensemble de nos demandes faites aux autorités tout au long des dernières années. (Voir en fin de page le mémo de l'AQT aux autorités du 25 avril 2008).

 

Mai -- Le DT accepte une partie de nos propositions faites en avril et s'attèle à une 3e version du PLQ.

 

Le CM de Carouge de fin juin est saisie d'une proposition individuelle du PDC invitant le CA de donner suite aux demandes et propositions de l'AQT (lettre de doléances de fin avril). Pas d'opposition.

 

La construction des deux LUP (Logement d'utilité publique) se terminent.

Juillet -- La Commune envoie un courrier au CE Cramer (PLQ et aménagement/entretient) dans lesquelles le CA et le CM s'engagent à soutenir et défendre les revendications/propositions de l'AQT!! (voir lettre du 29 juilllet 2008)

 

2009

Février -- Présentation de la 3e version du PLQ à l'AQT – Nouveau : 1/ le bâtiment F2, introduit par le bureau Oberson, disparaît suite à nos propositions au printemps 2008 ; 2/ la bâtiment G prévu dans la butte au sud de la place reçoit un rez-sup coupant la vue d'en haut sur la future place centrale.

 

Mars -- Lors de l'AG annuelle l'AQT lance l'idée d'organiser des Ateliers de l'Avenir en automne avec le concours de M Duruz du LePoint (DIP).

 

Prise de position de l'AQT adressée au coordinateur Battelle du DCTI concernant la dernière mouture du PLQ. Déception que notre proposition de compromis relatif au bâtiment HEG, cad, son déplacement vers le sud et la suppression ou déplacement du parking souterrain n'est même pas prise en considération.

 

Mai -- La Commune écrit aux CE Cramer et Muller : la 3e version du PLQ (29721) ne réponde pas aux attentes de la commune ni à celles de l'AQT. Regrette qu'on étudie pas les propositions faites par l'AQT concernant le bâtiment HEG. De plus, la réalisation initialement poursuivi consistant à réaliser un campus porte gravement atteint à la qualité de vie de ses habitants. Suit un inventaire de 72 problèmes que la commune veut voir résolus avant la cession du domaine public en main de la commune. (voir courrier du 6 mai 2009)

 

Vu l'état de saleté du quartier (ni commune ni État interviennent) l'AQT organise une journée de poutz. Etat et Commune se renvoient la balle : la Commune dit ne pas pouvoir, ni vouloir intervenir dans un espace appartenant à l'Etat; l'Etat réplique que cet espace sera mis gratuitement un jour é la Commune, elle pourrait donc bien déjà maintenant s'en occuper.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours en mai, 40 ménages signent un recours contre l'autorisation de construire le bâtiment HEG et d'abattre une douzaine d'arbres délivrée par le DCTI.

 

Sécurité routière : Pétition munie de 500 signatures, lancée par l'APET (Association des parents d'élèves de la Tambourine) en avril et soutenue par l'AQT, est transmise officiellement en présence des trois CA de Carouge au président du Grand Conseil.

 

Juin -- Le non-respect de vitesse et le parking sauvage créent un tel ras-le-bol chez les habitants qu'a trois reprise des petites actions citoyennes sont entreprises: silhouettes d'enfants d'abord posées puis vissées, peintures à l'eau appliquée aux voitures mal parquées, etc.

 

 

Août -- En réponse à la pétition, la Commune, sans demander une autorisation à l'État, réaménage l'espace routier devant l'École. C'est mieux qu'avant, mais vite fait et mal fait, sans concertation.

 

Le dernier immeuble d'habitation sur le site Battelle est terminé.

 

 

Octobre -- Démarrage, sans information au public, d'un chantier important pour construire une gallérie technique souterraine entre les bâtiments D et C. A la fin des travaux reste une plateforme à moins 5m du sol, qui doit être entourée d'une barrière de protection !

 

Inauguration de la MQ et EVE de Grands-Hutins avec stand d''info et affiches de l'APET et AQT.

 

Le projet de loi pour un crédit de 52mio d'investissement pour la construction du bâtiment HEG débute son parcours au Grand Conseil. Audition de l'AQT devant la commission des travaux du GC à Battelle. Seulement les Verts et Socialistes vont voter contre. Pour accueillir les députés il y a une petite manifestation sur l'emplacement du future bâtiment. Une pétition des enfants du quartier leur est transmise.

 

 

 

 

 

Novembre -- 3x3 heures d'Ateliers de l'avenir. 35 personnes participent. HEG refuse de venir, la MQ s'engage dans le processus. La Commune se fait représentée par une employée des Affaires sociales en argumentant que l'engagement pour un Contrat de quartier (comme souhaité par l'AQT) n'était pas envisageable pour le moment. (voir rubrique Ateliers de l'Avenir)

 

Décembre -- Pétition au CM de Carouge pour soutenir l'AQT dans son refus de toute nouvelle construction. Tous les partis représentés au CM soutiennent. Le CA est invité d'écrire au GC et CE dans ce sens.

 

2010

Février -- Conformément aux décisions du CM, la Commission des pétitions élargie auditionne des hauts fonctionnaires de l'État (DCTI, Mobilité, Paysage et Nature, Aménagement) et les pétitionnaires de l'AQT. A la suite, une deuxième lettre est envoyée par le CA au président du Grand Conseil en demandant de sursoir au vote du crédit de construction pour le nouveau bâtiment des HEG. Avant de construire il faut un nouveau PLQ.

 

Avril -- Sortie de presse de la plaquette « Les habitants de la Tambourine proposent ». 64 pages de résultats des Ateliers de l’avenir de novembre 2009. Distribution aux participants des AA et aux décideurs politiques (Canton, Commune, DCTI).

 

Présentation des résultats des AA au CA de Carouge.

 

Mai -- Énième lettre (avec photos aériennes) à la Commune pour trouver une solution contre le parking sauvage.

 

Juin -- AQT est auditionnée par la Commission sociale du CM à propos de notre proposition de conclure un Contrat de quartier entre la Commune de Carouge et l’association du quartier. Accueil favorable, mais il faut d’abord inscrire une « ligne budgetaire » au budget 2011 avant de conclure quoi que ce soit.

 

Convocation de l’AQT par le DCTI à une réunion au département en présence de grands commis de l’État et des chefs de services Voirie et Construction/urbanisme de la Commune. L’AQT est exhortée de retirer le recours contre le bâtiment HEG, « bâtiment qui sera de toute façon construit », autrement l’association serait exclue de toute consultation sur le futur développement du quartier.

 

Août -- Lors d’une AG-extraordinaire de l’AQT une très large majorité décide de maintenir le recours contre la construction du bâtiment B de la HEG. Nous communiquons ce résultat dans une lettre au CE Muller le 31.8 en insistant sur notre disponibilité à participer à l’élaboration du nouveau PLQ.

 

Lobying auprès des députéEs au Gd Conseil dont l’envoie de 400 cartes postales. Le message transmis :

Oui à la HEG – mais pas comme ça! Avant toute construction d’abord un PLQ révisé.

 

 

 

Septembre -- Le 2 septembre, à la grande surprise du CE Muller le GC a voté le renvoi en commission du crédit de construction pour la HES. Finalement se sont les Verts, Socialistes et l'UDC qui ont annoncé qu'ils voteraient contre le crédit. Le MCG a proposé de le renvoyer en commission et si le renvoi ne l'emportait pas de voter contre.

 

Apéro devant l’immeuble de la CIA pour fêter cette première petite victoire

Courrier à l’ensemble des 15 membres de la Commission des Travaux pour leur signifier notre disponibilité pour reprendre les discussions sur la révision du PLQ.

 

Octobre -- Le 15 octobre l'AQT a été conviée à un RV chez le CE Mark Muller. Retenu par une obligation protocolaire, notre délégation a rencontré les hauts fonctionnaires Mme Dufresne (secr.gén.adj. au DCTI) et M. Moglia (de la direction de l'aménagement). Ils n'avaient rien à proposer. Une lettre du CE est annoncée pour préciser les propositions.

 

Novembre -- La Commune nous répond le 9 novembre à nos « 10 questions » posées au début du mois août. Voirie, nettoyage, parking sauvage, aménagement de la route de Drize, etc.

Réponses évasives comme d’habitude, donc toujours pas de dates pour le passage du site Battelle en domaine public communal.

 

Mise en place des potelets contre le parking sauvage par la commune (à la place des blocs de calcaires demandés). Ce n’est pas génial, mais efficace.

 

Le 16 novembre, un mois après la rencontre au DCTI, nous avons reçu la lettre promise par le CE Muller. Il

- regrette que nous maintenons le recours
- répète que nous ne défendions que des intérêts particuliers
- insiste pour dire que l'Uni et la HES avaient déjà fait des concessions au niveau de la densité.

Il est précisé que le DCTI veut finaliser le nouveau projet de PLQ d'ici le 31 mai 2011 (début de l’enquête publique). A cet effet est constitué un groupe de travail DCTI-Commune de Carouge. Notre association pourrait participer à ce groupe.
Mais : le bâtiment B est un élément invariant de ce nouveau PLQ!

 

La Commission des travaux du GC reprend la discussion sur le crédit pour le bâtiment HES.

 

Décembre -- Courrier réponse au CE Muller le 8 décembre. Nous acceptons son invitation au groupe de travail. D’autre part nous réfutons le reproche que nous est souvent fait par les autorités cantonales de ne défendre que des intérêts particuliers.

 

Notre recours contre l'autorisation de construire le bâtiment pour la HEG déposé en juin 2009 a été rejeté par la Commission de recours.

 

2011

Janvier -- L’AQT apprend que le projet de loi a été revoté en commission des travaux (14 pour, 1 abstention.) en novembre déjà te sera sans doute traité à la prochaine séance du Grand Conseil (28 janvier). Auditionné par la commission, le maire de Carouge, M.Marc Nobs,  aurait tenu des propos contraires à la position du CM.

 

Pas de nouvelles concernant la révision du PLQ.

 

Le 17 janvier nous déposons un recours au Tribunal administratif cantonal (TA).

Pour mémoire, notre argumentation s’appuyait essentiellement sur deux points :

  • une distance trop petite et une hauteur trop importante par rapport à l’immeuble voisin ;

  • un parking souterrain de grande envergure, en parallel du bâtiment à construire, nécessitant l’abattage d’une dizaine d’arbres importants.

 

Rebelote : Après une séance difficile pour le maire, le CM réitère sa position prise il y a une année (pas de construction avant un nouveau PLQ négocié) et le fait savoir aux députés du Gd Conseil. Dénonçant une manœuvre préélectorale, le CE Muller retire néanmoins l’objet de l’ordre du jour.

 

Mars/avril -- Sortie d’un Tambourin’Air en couleur (voir dans la rubrique appropriée) destiné aux habitants du quartier, mais aussi aux autorités cantonales et communales pour les informer en détail sur le dossier de La-Tambourine et de solliciter leur soutien.

Ultime tentative : Lettre ouverte au CE Muller envoyée aussi à la presse. (Voir en fin de page)

 

Mai -- Le 26 mai, après deux renvois en commission, le GC vote finalement le crédit de construction pour le bâtiment HEG: 57 oui (PLR, PDC, MCG, majorité des SOC), 28 non (VERT, UDC, 4 SOC), 5 abstentions ; les socialistes étaient très divisés et le MCG avait changé sa position sans le motiver. Le CE Muller a promis un nouveau PLQ pour fin mai. La lecture de la lettre de la Commune, demandant de surseoir à la décision et d'attendre le nouveau PLQ avant de reprendre les constructions, est sans effets.

 

Juillet -- Le recours contre le bâtiment HEG est rejeté par la Chambre administratif de la Cour de justice du Canton de Genève.

En résumé : les avis positifs exprimés par les différentes instances cantonales consultées sont un garant suffisant pour refuser le recours. Le parking querellé n'est qu'un remplacement d'un autre parking souterrain et son impact sur le site est nul.

 

Septembre -- Le tribunal fédéral est saisi le 14 septembre – contre le DCTI dans l'affaire du bâtiment HEG. Concrètement nous nous opposons au fait de considérer comme négligeable une augmentation de plus de 1000m2 de surface pour un parking souterrain, alors qu’une emprise de 100m2 supplémentaire n’a pas été considérée dans un arrêté de la même Chambre comme une modification mineure.

 

Pour le Contrat de Quartier (CQ) proposé par les habitants ayant participé aux Ateliers de l’Avenir (AA) en novembre 2009, la ville de Carouge a inclus dans son budget 2011 une somme de 80'000 francs et créé un poste de 30% pour sa mise en place et le suivi.

Au début du mois de septembre 2011 le CA a adopté un projet « Contrat de quartier » qui définit les grandes lignes de conduite pour ce type d’engagement. Il est stipulé que les habitants auront un maximum de liberté quant aux choix des activités et des réalisations et seront habilités à y engager les sommes d’argent nécessaires. C’est un projet de participation qui se base sur l’expertise du quotidien des habitants et qui leur donne une grande autonomie financière.

 

Octobre -- Le Conseil municipal adopte une résolution invitant le CA à appuyer l'AQT dans ses démarches pour garantir un aménagement harmonieux du qaurtier.

 

Novembre -- La commune de Carouge (Service d'action sociale, SAS) est d'accord d'entrée ne matière pour financer (via le budget 2011 du CQ) un site-web pour le quartier (plateforme d'info et d'échange). On dépose un projet ensemble avec l'APET.

 

Décembre -- L'autorisation de construire pour la réfection de la route de Drize et de la route de Troinex (jusqu'à la hauteur du chemin Vert) est délivrée. La passerelle qui fait le lien, par-dessus de la route de Drize, entre notre quartier et le CO de Drize, fait partie du projet autorisé, de même que la piste cyclable sur les hauteurs longeant la route à partir du Rondeau jusqu'au CO. Les travaux vont commencer au mieux au deuxième semestre 2012.

 

Le recours au TF contre le bâtiment HEG est rejeté.

 

2012

26 janvier : Première AG pour le CQ. 60 personnes présentes dont 50 du quartier. Présence du SAS et des trois CA de la Commune (nouvelle équipe depuis les élections de mai 2011 : De Haller Kellerhals reste, Walder remplace Nobs à l'aménagement et Lammar au finance). But : identifier des éléments à changer dans le quartier.

 

23 février -- Deuxième AG du CQ. Choix des priorités et élection du Groupe de projet. Moins de monde, max 40 personnes. Certaines frustrations, car la Commune exclue les projets potentiels concernant la tranquillité, la mobilité, l'équipement de l'espace public, qui seront à discuter dans le cadre du nouveau PLQ.

 

Mars -- Le maître d'oeuvre (DTCI) et l'architecte (Schwab) du future chantier sont contactés pour parler de l'aménagement du future chantier HEG. (Sécurité, bruit, abattage des arbres). Deux RV ont lieu sur place (5 et 22). Parmi nos propositions : raser le laboratoire E abandonné par Batelle depuis longtemps. Ainsi Il y aura un espace, même provisoire, après la livraison du bâtiment HEG (prévue pour l'entrée 2014) comme amorce de la future place centrale. La proposition ne sera pas retenue, malgré l'offre de la Commune de participer au financement. Par contre on va transplanter de superbe Magnolia qui devrait être abattu pour faire place au chantier.

 

 

Avril – Réunion constitutive du Groupe projet dans le cadre du Contrat de Quartier. Finalement, la grande majorité des gens sont des personnes faisant partie des comités AQT et APET. Dommage, qu'il n'y ait pas beaucoup de nouvelles têtes à s'engager dans cette aventure.

 

Septembre – Le quartier est en deuil. Après une marché silencieuse dans le quartier pour exprimer la solidarité avec la famille, la victime du meurtre, la jeune Semhar Arefaine, est enterrée au cimetière de Carouge.

 

Novembre – Le chantier pour la construction du bâtiment HEG démarre ..... avec l'abattage d'une douzaine d'arbres dont plusieurs cèdres centenaires. Puis des palissades sont installées autour du chantier.

 

Sur initiative de la ville de Carouge, qui a embarqué l’État, a lieu une rencontre entre des urbanistes, architectes et ingénieurs (mandatés ou fonctionnaires cantonales et communales) et les habitants de La-Tambourine. Le séance est présidée par Mme Lorenz, nouvelle responsable du service de l'urbanisme de la Commune, et M. Scatolin qui s'occupe du PLQ de notre quartier au DU. Les associations du quartier (parents d'élève, habitants, intérêts de Pinchat, MQC) ont été invitées à présenter leurs doléances.
L'AQT a présenté son catalogue de demandes (voir document en fin de page) en se basant sur les conclusions des Ateliers de l'Avenir de novembre 2009. Un retour est promis pour mi-janvier sur deux plans : aménagement et mobilité.

 

2013

Pendant tout l'automne 2012 et l'hiver 2013

le Groupe de projet du CQ se réunit une fois par mois, mais très peu de projets s'annoncent. Un seul est réalisé avant la fin de l'année. Trois tables et six bancs sont installés dans le parc en bas du quartier. Un flyer colorié et très évocateur est distribué en début de l'année pour relancer l’idée.

 

Pendant la même période les deux associations AQT et APET s'unissent avec le Groupe projet CQ pour mettre en place un site web pour l'ensemble du quartier. Point de départ est la décision du CA de le financer sur le budget du CQ comme le souhaitaient les associations. L'ancien site web créé il y a quelques années s'est peu à peu endormi faute de temps et d'envie.

 

Mars

Le site web www.quartier-tambourine.ch est en ligne. Les premiers partenaires sont : le Contrat de quartier, la Maison de Quartier, l'APET et l'AQT.

 

Le 6 mars

les urbanistes et ingénieurs mandatés par la Commune et l'Etat nous répondent quant à nos propositions faites fin novembre. Les perspectives s'annoncent favorables. Les raisons de cette ouverture : notre entêtement, le changement du personnel politique (CA Carouge, CE Longchamp remplace Muller) et le manque d'argent de l'Université. Le vice-recteur est venu nous dire que l'Uni renoncerait à construire à l'avenir à Battelle. Le PLQ pourrait être prêt pour printemps 2013 (!?).
Dix jours plus tard l'Assemblée des habitants du quartier prend connaissance des variantes proposées par les architectes et ingénieurs concernant la mobilité interne au quartier et se décide pour le scénario qui prévoit 3 "portes d'entrées", toutes situées sur l'axe route de Troinex - rond-point CO. Ce scénario permet de supprimer la circulation devant l'école créant ainsi une longue bande piétonne que va du chemin Vert jusqu'au Rondeau de Carouge. La Commune se dit d'accord avec notre proposition et s'engage à la défendre auprès d'un Etat très rétiçant.

 

Eté 2013

Les deux départements concernés, le DU (Longchamps) et le DIME (Künzeler), donnent leur accord pour le scénario proposé par la Commune. La révision du PLQ peut reprendre.

 

Après un démarrage lent en 2012, toute une série de projets sont présentés dans le cadre du contat de quartier dont les premiers sont encore réalisés en été

 - Radis & brocolis, des familles du quartier se sont organisées pour se faire livrer une fois par semaine des légumes bio produits par un maraîcher du canton

 - Grand tapis, à l'initiative d'un habitant des immeubles "Square Tambourine", quelques mères de famille, d'origine nord-africaine, se sont organisées ensemble pour préparer un grand couscous pour les habitants de leurs immeubles.

 

 

Automne

L'Université vend une bonne partie de son terrain confiné entre l’École primaire de La Tambourine, le chemion Vert et l'ex-orphelinat de Pinchat à la Fondation immobilière de la Commune de Carouge. Non seulement l'Uni abandonne ses droits de construction sur le site Battelle, mais renonce aussi à développer un campus sur cette grande parcelle dont le déclassement en zone de dévelopement 3 a été voté en mai par le GC. Sur le terrain acheté par la Fondation de la Commune sont prévus des logements et des équipements collectifs. Les logements pour les étudiants seront construits par la FULE.

 

2014

Hiver-printemps

D'autres projets financés par le Contrat de quartier voient le jour :

- une cabane mobile sous forme de bateau, montée sur quatres roues d'un ancien char, installée sur le pré entre la Maison de quartier et le bâtiment A de l'Uni (mars).

- un concours littéraire ouvert aux personnes domiciliées sur le territoire du quartier de la Tambourine, Vigne-Rouge et Grande-Pièce ou scolarisées dans l'Etablissement Tambourine / Vigne-Rouge ou les Cycles d’Orientation de Pinchat et de Drize. Thème : énigme d'un regard. Grand succès. (mai)

- des potagers urbains le long de l'Agora.

 www.quartier-tambourine.ch/contrat-de-quartier/tambou-green-potagers-urbain

 

Mars

Terrain dit de l'Université : Les nouveaux co-propriétaires, l'Université et la Fondation immobilière de la ville de Carouge convoquent les associations du quartier à une séance d'information pour leur annoncer le lancement d'un concours de projet pour l'aménament de la percelle. L'AQT, en concert avec l'APET, envoie par la suite des observations (voir le courreir en annexe) aux deux instances en demandant (a) de les inclure dans le cahier des charges et (b) d'intégrer un représentant des associations du quartier dans le jury, comme cela s'est fait auparavant pour d'autres projets dans le quartier (CO de Drize, bâtiment HEG). Cette dernière demande sera ultérieurement refusée (septembre 2014) prétextant que l'indemnisation d'un membre supplémentaire grèverait le budget d'une façon injustifiable et que de toute façon l'envoyé de la commune au jury nous représentait à ce stade de la procédure (!?).

 

10 Juin

Assemblée constitutive AQTbis: Les deux nouveaux ensembles, Vigne-Rouge et Grande-Pièce, rejoignent l'Association des habitants du quartier de la Tambourine. Cette jonction s'est fait assez naturellement, car les habitants de ces immeubles avaient dejà rejoint le Contrat de Quartier de la Tambourine auparavant.

 

Automne

L'accord trouvé en mars 2013 pour la révision du PLQ entre les services de l'Etat, de la Commune et les associations du quartier, le bouclement de la révision paraissait à portée de la main : on envisagée sa publication pour le printemps de la même année. Sans nouvelles de la part du CE, mais ayant attendu poliment la constitution de la nouvelle équipe gouvernemental après les élections en fin d0année, notre association a interpellé le CE en juin 2014 pour connaître le sort de cette révision qui ne prennait toujours pas forme (voir courier en annexe). En septembre, le CE Hodgers nous a reçu - une première dans nos relations avec le gouvernement depuis 14 ans. Le CE s'est engagé (1) à respecter les accords de ces services et les promesses des conseillers d'Etat en charge avant son arrivée au départment et (2) de fixer la date de l'enquête publique en février 2015.

 

Décembre 2014

Le refection de la route de Drize/TRoinex est achevée : Une voie de bus en site propre pour la descente ainsi qu'une piste mixte de piétons-vélos sur les hauteurs côté Cycle d'orientation ont été créées. Les deux trottoirs à la hauteur de la route ont été supprimés entre le rondeaux de Carouge et le rond-point, aggrandi, à la hauteur du CO. Il y a maintenant sur ce tronçon trois voies pour le traffic motorisé : une montante et deux pour la descente, dont une réservée aux TPG.

 

Une passerelle métallique et imposante, moche selon l'avis général, relie maintant les deux "rives" de la route. Elle enjambe la route à la hauteur de l'actuelle barrière fermant l'entrée de la Maison de quartier et de la crèche. Au grand étonnement des riverains elle n'est que piétonne - les vélos seront tolérés! Mais pire, l'accès au CO de Drize à été "oublié". Autre inconveniant: à l'arrêt des bus (descente) les élèves se trouvent devant un mur en béton, alors qu'il faudrait un escalier pour les inviter à utiliser la passerelle.

 

 

2015

mars - avril

Présentation du PLQ révisé à l'Assemblée générale fin mars, puis ouverture de l'enquête publique dès le 10 avril pendant un mois. L'AQT accepte le plan, car conforme à la concertation ayant lieu entre fin 2012 et dégut 2013 entre Etat, Commune, Hautes écoles et associations. Un certain nombre de remarques et demandes sont transmises aux autorités dont notre opposition à la contruction d'un bâtiment pour des locaux communautaires - le batiment est de trop grande taille selon nous. Une alternative est proposée. (Voir documents à la fin de l'historique)

 

Dans un courrier aux autorités cantonales et communales l'AQT demande d'être associée à l'élaboration des futures projets urbanistiques dans Carouge-Sud (aménagement extérieur de la Tambourine, urbanisation du terrain dit de l'Université). Réponse très positive de la Commune (1er juillet), mais plus vague de la part du DALE (département de l'aménagement, logement et énergie, présidé par le CE Hodgers).

 

La commune de Vernier invite les associations de quartier genevoises pour un bilan - 10 ans - des Contrats de Quartier conclus par ces dernières (25avril).

 

Juin

Pendant les deux première semaines sont exposés les projets résultant du concours d'urbanisme du terrain dit de l'Université. L'AQT est invitée à la présentation. Le choix du jury (les co-propriétaires ont refusé d'intégrer des représentants des associations) a été unanime : Bureau Pont 12, Antoine Hahne, 1022 Chavannes-près-Renens. (Voir "Terrain dit de l'Université" dans le menu principal).

 

Quelques projets réalisés dans le cadre du Contrat de Quartier :

   - un deuxième concours litéraire (très bonne participation

   - une grande disco en pleine aire

   - une monstre chasse aux oeufs juste avant Pâques

 

Novembre

Le parking souterrain du nouveau bâtiment B de la HEG est ouverte. Contrairement à ce qui a été convenu, il est réservé aux abonnés, n'est donc pas public. Des courriers partent à la Commune qui les transmet aux autorités cantonales. Le parking est prévu pour 75 places, rarement plus de 10 places sont occupées.

 

Décembre

Destruction des anciens laboratoires de Battelle. Actuellement, la parcelle, dédiée à la future place centrale du quartier, est en grand partie betonnée et partiellement transformée en un parking (illégale?) pour la HEG.

 

2016

Janvier

La raclette de fin janvier organisée en collaboration avec la MQC est devenu LA fête traditionnelle de l'AQTmarquant le début de l'année.

 

Mars

Le premier, inauguration officielle du nouveau bâtiment B de la HEG. Il est immense. Ecrase l'immeuble de la CPEG (CIA). Il a un étage plus que ce dernier (par derrogation à la loi sur les constructions!) Le paysage au sud du bâtiment a été remodlé. L'AQT rend la Commune attentive pour que ces aménagements soient considérés comme provisoires. La cafétéria de l'Uni (bâtiment A) est fermée et la nouvelle ouverte dans ce bâtiment. Elle est ouverte au public, mais ferme à 17h et le WE.

 

Bâtiment B HEG - début du chantier juin 2013

 

Bâtiment B HEG en mai 2016
 

 

Les tables et chaises, posées il y trois ans dans le cadre du CQ, sont favorablement remplacées par la Commune avec du matériel solide. Un verger, 17 arbres frutiers, est planté entre la MQC et le bâtiment A de l'Université. L'histoire de ce verger va ainsi : Lors de la réfection de la route de Drize, la Commune a demandé que soit reconstitué la voute d'arbres qui longait la route de Drize avant le Rondeau de Carouge. Ce qui a été fait, mais il restait un lot d'arbres et il fallait trouver un endroit adéquat dans la partie "future parc Battelle", sans prétérité l'aménagement future de ce parc.

 

Pendent des mois des négociations sont en cours entre l'Etat et la Commune pour trouver un accord permettant de clore la révision du PLQ. De faite, il y a eu une seule opposition au moment de l'enquête publique : celle de l'Office des bâtiments (département des Finances de Dal Busco). Les Hautes Ecoles ayant abandonné de construire tout ce que l'ancien PLQ, encore en vigueur, leur permettait, l'Etat perdait avec les 20'000m2 en question des millions inscrits dans le bilan. Il fallait un un arbitrage au sein du CE. Pour faciliter ces négociations, la Commune devrait faire des concessions financières. Exemples : acheter le terrain de l'Etat à Battelle qui deviendrait par la suite un domaine publique communal. Etc.

 

Mai
Le 18 du mois, les deux propriétaires du terrain dit de l'Université, l'Uni et la Fondation immobilière de la ville de Carouge, invitent à la présentation du projet urbanistique issu du concours de juin 2015. Remodelé par les architectes, il prévoit : 4 immeubles à 6 étages dont un immeuble destiné aux étudiants (100 appartements), deux locatifs et un en PPE avec 440 appartements, plus une petite construction pour des équipements collectifs intégrant aussi la sortie de secours pour le CEVA. Il y aura un parking souterrain pour 320 voitures (sur 8 places une pour les visiteurs) et 900 stationnements pour vélo. De l'aire autour des immeubles, au moins 50% sera en terre pleine. Les propriétaires sont ouverts pour trouver une solution pour les jardins potagers qui ne pourront subsister sous la forme actuelle.
Aux associations sont proposés des ateliers de concertation qui se tiendront en juin et septembre. Conclusion présentée : octobre 2016.

 

Maquette du projet gagnant sur le terrain dit de l'Université - juin 2015

 

Début du chantier, à côté de l'Agora, de la sortie de secours du CEVA. Fin du chantier : décembre 2016.
 

 

(Mise à jour 25.05.2016)